la persistance de l'erreur ou le mouvement filmique

Emmanuelle Glon
Résumé : Comment se fait-il que nous percvions du mouvement à partir de la vision d'une succession d'images statiques, comme c'est le cas par exemple pour le film cinématographique? L'explication la plus communément invoquée en la matière est celle de la persistance rétinienne. Bien que persistante dans le circuit académique de la réflexion sur l'art, les psychologues la considère comme inadéqutate depuis les années 70. Les phénomènes impliquées relèvent non pas de la physiologie de la rétinie mais de mécanismes neurophysiologiques dont Joseph Anderson s'est entre autres attaché à décrire.
Type de document :
Pré-publication, Document de travail
2005
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [10 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://jeannicod.ccsd.cnrs.fr/ijn_00000647
Contributeur : Administrateur Jean-Nicod <>
Soumis le : dimanche 30 octobre 2005 - 18:34:28
Dernière modification le : lundi 15 juin 2015 - 15:07:43
Document(s) archivé(s) le : vendredi 14 septembre 2012 - 16:46:54

Identifiants

  • HAL Id : ijn_00000647, version 1

Collections

Citation

Emmanuelle Glon. la persistance de l'erreur ou le mouvement filmique. 2005. 〈ijn_00000647〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

614

Téléchargements de fichiers

1788