, Autrement dit, pour l'entité plurielle « chiens », pour tout chien dans cette pluralité, dans tous les mondes accessibles semblables, le chien est intelligent, p.11

, emploi des phrases génériques avec noms nus est l'absence de '!' d'une part (l'absence de référence déterminée) et la composante plurielle. Les phrases avec noms nus sont référentielles, mais la référence (l'individu pluriel) n'est pas repérée indépendamment de la propriété Q. La propriété Q doit être donc observée, Comme nous l'avons soutenu

, Cette hypothèse est corroborée par les nombreuses prédictions qu'elle permet de faire. Premièrement, on comprend que des classes très spécifiques, voire parfois 'bizarres' soient employées (32)

, Deuxièmement, si la généralisation est dépendante de l'observation, on comprend que des propriétés éventives soient préférées à des propriétés non-éventives

. Troisièmement, Le focus dégage des classes par contraste, dans une taxonomie préétablie. Les pluralités visées par les noms nus ne vivent pas dans une taxinomie fixée

, La classe dénotée par le nom nu doit être individualisée par l'observation, et le déplacement dans des mondes possibles empêche un tel repérage. Enfin, nous pouvons expliquer l'absence de phrases génériques avec noms nus singuliers en italien. Si la pluralité n'est pas incompatible avec la prescriptivité, les jugements synthétiques, eux, sont incompatibles avec la singularité. Il n'existe pas d'énoncé générique qui emploie un déterminant singulier et qui soit descriptif. Le nom nu singulier serait ainsi redondant, étant donnée la présence de l'indéfini singulier générique, Quatrièmement, il est possible d'expliquer que les modalités ne puissent pas sauver l'acceptabilité des phrases avec noms nus, car elles déplacent l'évaluation des propositions exprimées par ces phrases dans des mondes possibles (25)

, Il existe cependant deux types de jugements a posteriori, les synthétiques et les analytiques. Ceux-ci sont exprimés, respectivement, par les phrases génériques avec définis pluriels et les phrases génériques avec noms nus pluriels. Celui-ci n'est donc pas redondant dans la grammaire

N. Asher and M. Morreau, « Commonsense entailment : A modal theory of nonmono-tonic reasoning, Proceedings of the 12th International Joint Conference on Artificial Intelligence, pp.387-392, 1991.

C. Beyssade, « Les définis génériques en français: noms d'espèces ou ensembles maximaux, Dobrovie-Sorin, C. (dir.) Généricité et noms nus, pp.33-63, 2005.

B. Roberts and N. , Generic sentences and analyticity, pp.155-196, 1977.

A. Carlier, Généricité du syntagme nominal sujet et modalités », in Wilmet, M. (dir.), Généricité, spécificité et aspect. Travaux de linguistique, vol.19, pp.33-56, 1989.

A. Carlier, « Les gosses ça se lève tôt le matin' : l'interprétation générique du syntagme nominal disloqué au moyen de ce ou ça, Journal of French Language Studies, issue.6, pp.133-162, 1996.

G. Carlson and F. J. Pelletier, , 1995.

G. Chierchia, « Reference to kinds across languages, Natural Language Semantics, pp.339-405, 1998.

A. Cohen, « On the generic use of indefinite singulars, Journal of Semantics, vol.18, pp.183-209, 2001.

C. Dobrovie-sorin, « Existential bare plurals : From properties back to entities, vol.119, pp.296-313, 2009.

C. Dobrovie-sorin and B. Laca, « Les noms sans déterminant dans les langues romanes, Syntaxe des langues romanes, 2002.

C. Dobrovie-sorin and A. Mari, Generic plural indefinites : Sums or groups ? », Elfner M. et Walkow, M. (dir), Proceedings of Nels 37, pp.205-228, 2007.

C. Dobrovie-sorin and A. Mari, Constraints on Quantificational Domains : Generic Plural desIndefinites in Frenc, vol.11, pp.165-179, 2007.

D. Dowty, W. Meaning, and M. Grammar, , 1979.

T. Espinal, Bare nominals in Catalan and Spanish : Their structure and meaning, pp.984-1009, 2010.

D. Farkas and H. De-swart, « Article choice in plural generics, vol.117, pp.1657-1676, 2003.

Y. Greenberg, « Two kinds of quantificational modalized genericity, and the interpretation of bare plural and indefinite singular NPs, Proceedings of SALT 12, pp.104-123, 2002.

G. Kleiber, E. Werner, R. Liver, Y. Stork, and M. Nicklaus, « Des cerisiers, ça fleurit au printemps : une construction bien énigmatique, pp.95-112, 1998.

M. Krifka, ». Generics, M. , A. Beyssade, and F. Del-prete, , pp.372-389, 2012.

F. Landman, . Events, and D. Plurality, , 2002.

J. Lawler and . Generic, Proceedings of the Eighth Meeting of the Chicago Linguistics Society, pp.247-258, 1972.

D. K. Lewis, Formal Semantics of Natural Language, pp.3-15, 1975.

G. ;. Link and C. Schwarze, The logical analysis of plural and mass terms : a lattice theoretic approach, Meaning, Use and Interpretation of Language, 1983.

G. Longobardi, (dir.). From NP to DP. The syntax and semantics of noun phrases, 2003.

A. Mari, C. Beyssade, and F. Del-prete, « Introduction, pp.1-92, 2012.

A. Mari, Analyticity under perspective : indefinite generics in French», Proceedings of Sinn und Bedeutung, vol.12, pp.414-429, 2008.
URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/ijn_00354269

A. Mari, Overt and covert modality in generic sentences, Cahiers Chronos, vol.27, pp.265-288, 2015.
URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/ijn_02161876

P. Portner, The progressive in Modal Semantics, vol.74, pp.760-787, 1998.
DOI : 10.2307/417002

R. Scha, ;. J. Distributive, T. Janssen, and M. Stokhof, Collective and Cumulative quantification, Formal Methods in the Study of Language, 1981.
DOI : 10.1515/9783110867602.131